Les chiffres sont assez clairs : 96% des français considèrent que la carte bancaire est un moyen de paiement pratique et 70% voudraient pouvoir l’utiliser plus souvent. Petit problème, les commerçants ne sont pas encore tous équipés, loin de là : 740.000 PME de moins de 10 salariés ne sont pas équipées. On tient donc un paradoxe étonnant et c’est là que le nouveau service de paiement de BPCE, dilizi, intervient.

Interview de Nicolas Chatillon – dilizi

Stéphane Maltor : Peux-tu te présenter et expliquer ton rôle chez BPCE ?

Nicolas Chatillon : « Je m’occupe chez BPCE d’une direction de la banque commerciale en charge de plusieurs domaines d’activités dont le marketing stratégique et les études clients. J’ai aussi en charge la direction des moyens de paiement, domaine travaillé pour le compte des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne. J’étais auparavant directeur de la coordination. Je suis issu du réseau Caisse d’Epargne et notamment de la CERA (Caisse d’Epargne Rhône Alpes). »

Nicolas Chatillon chez BPCE

Peux-tu présenter le service dilizi ?

Nicolas Chatillon : « Dilizi est un nouveau service d’encaissement et une nouvelle façon de payer en situation de mobilité. Pour le particulier, peu de choses changent car il continue à payer avec sa carte bancaire. Mais en revanche, c’est plus innovant pour le commerçant car dilizi donne la possibilité de se faire régler en situation de mobilité. Le « dongle », boitier qui est associé au service, permet au téléphone mobile d’accepter les paiements par carte bancaire du client, dès lors que son mobile ou sa tablette reçoit le réseau 3 ou 4G ou le wifi. D’un point de vue purement pratique, le simple ajout au mobile du « dongle » permet d’avoir un outil d’encaissement beaucoup plus léger et petit qu’un terminal de paiement électronique classique. La véritable innovation de ce service, c’est qu’une fois synchronisé avec le « dongle », le téléphone mobile ou la tablette du commerçant fait office d’une véritable caisse digitale. Cette solution permet de gérer et de réaliser plus d’encaissement en facilitant l’acte d’achat. Nous souhaitons convaincre les commerçants que grâce à dilizi, il se place véritablement dans une logique de facilitation de son business, en permettant de générer du chiffre d’affaires supplémentaire. »

Quel est le business model de dilizi ?

Nicolas Chatillon : « Le prix du lecteur est de 49€ HT et le service d’encaissement est facturé 2% HT par transaction. »

Quid du déploiement de l’offre ?

Nicolas Chatillon : « Nous connaissons bien les deux cibles grâce à nos réseaux de proximité. Le lancement de l’offre n’en sera que facilité. L’offre dilizi est lancée en pilote sur une Banque Populaire Rive de Paris et en Caisse d’Epargne Rhône Alpes pour tester l’appétence client. Au terme de ce test, nous engagerons un déploiement national, dès fin avril. »

Le dongle de dilizi de BPCE

Avec le « paiement sans contact » et V.me, ou se place dilizi ? Vos clients client vont-ils l’adopter ?

Nicolas Chatillon : « Dilizi est au cœur des dernières innovations des moyens de paiement. Pour qu’un nouveau moyen de paiement soit adopté, la règle est simple : le parcours client doit impérativement répondre aux trois critères suivants : rapidité, simplicité et sécurité. Il faut aussi s’attacher à créer un écosystème de l’offre : pour massifier et démocratiser un nouveau service de paiement, il est nécessaire que l’équipement des porteurs et accepteurs soit synchronisé. »

Est-ce une vraiment une nécessité pour les banques que de se replacer dans l’univers des moyens de paiement avec l’arrivée de nouveaux acteurs comme les telcos ?

Nicolas Chatillon : « Les lignes ont bougé. Et il est vrai que les acteurs et les solutions se sont multipliés sur le marché des moyens de paiement ces derniers temps. En 30 ans, nous avons connu de grosses évolutions et un perpétuel renouvellement avec des cycles beaucoup plus courts qu’auparavant. Cependant, les banques restent un acteur légitime et historique de ce marché. L’intermédiation fait partie de notre métier. »

l'application sur iphone de dilizi de Banque Populaire - Caisse d'Epargne

Un petit retour sur S-money ? Existe-t-il un lien entre les deux services ?

Nicolas Chatillon : « S-money continue son développement. Dilizi utilise la technologie la plate-forme informatique de paiement de S-money. Avec dilizi, on franchit un nouvelle étape dans l’évolution du paiement de proximité. »

8 Réponses

  1. Millet

    Le coût du service de 2% ht reste prohibitif pour le petit commerçant si l’on compare ce coût au % de son résultat.

    Répondre
    • Stéphane M

      Je pense que le chiffre seul ne veut rien dire : il faut mettre ça au rapport du business supplémentaire rapporté. Là je parle pour moi mais je n’ai jamais, juste jamais de cash dans le portefeuille ;)

      Répondre
  2. Melara

    Bonjour je vous contact car je viens de voir que sur votre site il est inscrit que le prix du boitier est a 49€ hors ma banque sui est la banque populaire m’ as facture le boitier 100€ j’aimerais savoir pourquoi le boitier m’ est ete facture 51€ de plus que le prix inscrit sur votre site ce qui est plus du double que le prix reel visiblement merci.
    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.